Quilapayún Header
Histoires personnelles
Letra

Bateau de naufrage, mers à la dérive,
je fis de ce port le refuge
des peines les plus denses, des rêves impatiens,
et de ces pas perdus avant que ne le soit le temps;
c’était l'époque des ordonnances
pour les affaires de conscience.
Seul, mais déjà nos regards s’attendaient quelque part,
pour éloigner la froideur du silence,
l’âge de la haine, la peur de l'impasse,
et toutes les rages qui nous dépassent.

Toutes ces choses sont toutes les choses
qui m’ont fallu pour arriver,
qui m’ont fallu pour exister,
dans ce pays qui est le tien.

Les heures et les nuits, toutes ne furent pas sombres,
le chant du poème iIlumine
le cours de tout automne qui marche vers l'oubli
et le déslr profond de transformer la vie:
nous n’avons pas changé le monde
puisque la plainte reste profonde.
Viens el repousse avec moi ces limites fragiles,
pour habiller mon exil de tendresse,
me réfugier dans tes seins d'espérance
et croire à l'amour sans différences.

Toutes ces choses sont toutes les choses
qui m’ont fallu pour être troublé,
qui m’ont fallu pour être aimé,
dans ton pays qui me retiens.

Vouloir se reprendre, tout est dans nos âmes,
fonder la demeure d'un amour
qui garde nos gestes et l'indéfinissable
de l’esprit de ma terre qui nous accompagne
jusqu'à l’ultime présence,
jusqu’à l'ultime absence.
Alors, laisse moi approcher ton visage immobile,
poor que mes lèvres effleurent les tiennes,
pour que le monde redevienne paysage,
de chemin en chemin, de jour en page.

Toutes ces choses sont toutes les choses
qui m’ont fallu pour être deux,
qui m’ont fallu pour être hereux,
dans ton pays qui est le mien.

Toutes ces choses sont toutes les choses
qui m’ont fallu pour être deux,
qui m’ont fallu pour être hereux,
dans ce pays qui est le tien,
dans ton pays qui me retiens,
dans ton pays qui est le mien.
Edición
Esta canción fue grabada en estudio en 1991
Incluida en los discos